Sélectionner une page
Équilibre
ET SI ON ARRÊTAIT… DE DIRE QUE L’ON MANQUE DE TEMPS
13 avril 2018
Par Andréanne Larouche

Vous aimeriez devenir votre propre patronne pour remettre votre bien-être et votre famille en priorité? Assistez à notre prochaine formation GRATUITE pour connaître Les 6  règles secrètes pour devenir sa propre patronne au plus vite. 

Tout un défi que d’arrêter de dire que l’on manque de temps. Cela dit, je me suis donnée comme challenge de le faire et le résultat c’est avéré tout à fait surprenant et… satisfaisant.

Gérer son manque de temps ou le maîtriser?

La première étape pour y arriver consiste à porter un tout nouveau regard sur son temps.

Nous avons tous tendance, surtout en Amérique du Nord, à vouloir gérer notre temps.

Les cours sur le sujet foisonnent, nous faisant croire qu’il s’agit de la bonne solution. Pourtant, apprendre à gérer son temps, c’est apprendre à gagner 1 h dans la journée ou encore à réaliser plus d’activités dans une même journée.

De cette gestion de temps, il ne peut que résulter une impression de course folle ou l’on réalise une multitude de tâches une après l’autre tel un robot bien programmé.

Avec la gestion du temps, le manque est toujours une ombre qui nous suit.

Et si nous options pour la maîtrise du temps?

Maîtriser son temps, c’est réfléchir à la manière dont nous l’utilisons. C’est porter son attention non plus sur le quoi, mais sur le comment et le pourquoi.

Cette réflexion apporte du sens à notre vie. Elle nous demande de mettre des mots sur ce qui est important pour soi.

La maîtrise du temps, nous pousse à faire des choix.

Le choix de ne plus donner la priorité aux priorités des autres; le choix de ne plus donner son temps à celui ou celle qui crie le plus fort; le choix de faire ce qui donne du sens à sa vie; le choix de ne plus utiliser le manque de temps comme excuse pour dire non; le choix de ne plus manquer de temps.

Et c’est là, toute la beauté de la maîtrise du temps.

Ne plus manquer de temps, une question de choix

Lorsque que l’on choisit de ne plus manquer de temps, s’en suit une libération.

« Le jour où j’ai arrêté de dire que je manque de temps, j’ai arrêté d’en manquer »

Il va sans dire que le problème actuel (un beau problème, on s’entend) est les choix trop nombreux qui s’offrent à nous. À vouloir tout faire, sans vraiment donner la priorité à ce qui compte vraiment pour nous, nous nous éparpillons. Nous nous mettons de la pression.

Rappelons-nous, nous sommes humains et n’avons que 24 h dans une journée…

« Je me lance, je ne dis plus que je manque de temps… »

Lorsque l’on arrête de dire que l’on manque de temps, il faut porter notre regard sur la multitude d’activités que nous avons réussi à accomplir au cours d’une journée. Malgré les contraintes, malgré notre désir d’en faire plus.

Il faut aussi s’assurer d’avoir fait des activités qui nous font du bien et donnent du sens à notre journée. Il faut leur donner la priorité.

Et ensuite, se permettre de dire « ça suffit pour aujourd’hui! ». Cette phrase ouvre la porte au bien-être, au droit de se reposer.

Et voilà que notre satisfaction pour la journée s’en trouve décuplée.

Cesser de dire que l’on manque de temps, nous donne une toute nouvelle liberté, celle du choix et celle de l’action.

Avec douceur,

Andréanne

P.S.: C’est le livre Le nouvel art du temps (contre le stress) de Jean-Louis Servan-Schreiber qui m’a inspiré cette réflexion. Un excellent ouvrage pour apprendre à maîtriser le temps.

 

Tu commenceras quand à cesser de le dire?

0 commentaires

Deviens une aspirante à plus de douceur! 
Inscris-toi à l’infolettre
Copyright 2017 Andréanne Larouche | Tous droit réservés.
Deviens une aspirante à plus de douceur! 
Inscris-toi à l’infolettre
Copyrights 2017 Andréanne Larouche | Tous droits réservés