Sélectionner une page
Slowpreneuriat
4 solutions pour celles qui hésitent à devenir entrepreneure (2ieme partie)
25 mars 2018
Par Andréanne Larouche

Vous aimeriez devenir votre propre patronne pour remettre votre bien-être et votre famille en priorité? Assistez à notre prochaine formation GRATUITE pour connâitre Les 6  règles secrètes pour devenir sa propre patronne au plus vite. 

Quoi faire lorsque l’on hésite à devenir entrepreneure?

L’hésitation, la peur de l’inconnue et celle du manque sont de multiples raisons qui peuvent vous faire hésiter à devenir entrepreneur.

La pensée qu’il s’agit d’un statut irréversible, vous pousse bien trop souvent à l’inaction.

On vous laisse croire qu’il n’y a que deux choix possibles alors qu’il y a d’autres modèles d’entrepreneuriat qui pourraient vous aider à vous épanouir dans ce monde sans que vous deviez tout laisser tomber.

C’est d’ailleurs cette raison qui semble geler sur place la plupart des gens. Et avec raison. Ce n’est pas rien de s’imaginer perdre notre confort du jour au lendemain sans connaître ce que l’avenir nous réserve.

Et s’il y avait d’autres choix entre les deux?

Des options qui vous permettraient de faire une entrée en douceur dans le monde de l’entrepreneuriat? Des options qui vous permettraient d’enlever pelure par pelure ce qui vous fait hésiter à devenir entrepreneure?

La première est sans contredit le marketing de réseau discutée dans la partie #1 de cet article que vous pouvez consulter ici.

Voici les autres solutions.

#2 Travailler à temps partiel pour faire disparaître son hésitation à devenir entrepreneur

Pourquoi ne pas évaluer l’option de travailler à temps partiel avec votre employeur?

Existe-t-il des programmes qui encouragent la réalisation des employés? Selon Jean-Philippe L’écuyer du blog Mission et vision, il s’agit là de la solution pour les entreprises de conserver leurs employés et de répondre au désir d’épanouissement de leur personnel. Employeurs, pensez-y!

Ou encore, demandez s’il est possible de réduire vos heures pour vous lancer en marketing de réseau par exemple. Vous pourrez y investir le temps que vous avez…

Votre employeur n’est pas chaud à l’idée de vous permettre de travailler à temps partiel?

Parfait! Passons au plan 2. Développez votre plan d’affaires, définissez vos services sur papier et testez votre idée avant d’envisager la solution qui suit.

Votre idée a reçu une bonne réponse. Votre cœur est engagé dans ce nouveau projet à 1000 %. Vous seriez prêtes à vous lancer pour développer votre entreprise mais vous hésitez encore. Vous avez peur…

S’il advenait que votre désir d’entreprendre concorde avec une perte de sens à votre travail actuel, regarder les possibilités d’emploi ailleurs et à temps partiel peut s’avérer une belle option pour vous fournir un coussin le temps que votre entreprise prenne son envol. C’est une solution que l’on envisage rarement et elle permet de diminuer cette peur du manque d’argent.

Aller aussi fouiller du côté du programme Soutien au travail autonome (STA). Si votre projet est unique et répond à leurs critères, vous pourriez bénéficier d’un soutien correspondant au salaire minimum. C’est vraiment mieux que rien!

#3 : Balayer votre hésitation à devenir entrepreneur durant votre congé parental

En dernier recours, je vous suggère d’utiliser votre congé parental pour mettre à exécution vos plans.

Pourquoi dis-je en dernier recours? Parce que vous venez de devenir maman. J’ai consciemment écrit congé parental et non congé de maternité car il est beaucoup trop tôt pour se lancer au cours des 21 premières semaines. Vous avez donné la vie. Laissez le temps à celle-ci de prendre son cours avant d’aller de l’avant. Dormez suffisamment, retrouvez votre énergie et essayez de stabiliser votre horaire.

Je sais que vous êtes probablement en désaccord avec ce que je vous dis, car je sais que vous rêviez de ce moment pour enfin essayer votre projet et faire disparaître les doutes que vous entreteniez.

Cela dit, je l’ai fait moi aussi durant mon premier congé et j’ai y tellement mis d’énergie que ma récupération a été beaucoup plus longue que prévue, ce qui a eu finalement des répercussions sur mon projet.

Je vous le dis par expérience, ce n’est pas une bonne idée. Arrêtez de regarder la date limite de votre congé. Ce n’est pas un bon motivateur.

Faites-le d’abord pour être bien. Pour vivre selon vos aspirations. Si vous arrivez à la fin de votre congé parental sans savoir encore si votre projet est viable, tournez-vous vers la solution #2. C’est la meilleure dans ce cas-ci!

#4 S’adresser à un coach professionnel pour voir ce que cache votre hésitation à devenir entrepreneure

De loin l’option la moins engageante monétairement, elle m’apparaît comme la plus efficace des trois autres.

Voir un coach professionnel vous aidera à voir plus clair quant à ce qui vous bloque et à identifier des solutions qui vous respectent au regard de votre environnement et de ce que vous êtes.

Le coach professionnel est qualifié pour vous guider dans une démarche de découvertes. Vous pourriez voir apparaître des solutions que vous n’aviez même pas envisagées et qui s’avèrent bien plus connectées avec votre réalité et pour laquelle votre certitude d’aller dans le bon chemin balayera vos doutes.

Vous vous sentirez plus légère pour relever le défi que vous avez décidé de vous lancer, car cette démarche permet de passer à l’action en étant toujours en accord avec soi-même. Vous y trouverez la douceur du cœur pour réinventer votre équilibre.

Vous avez envie de tester cette solution pour vérifier si l’entrepreneuriat est pour vous et faire disparaître vos doutes quant à la direction à prendre, prenez rendez-vous avec moi pour un appel découverte.

Avec douceur,

Andréanne

Et toi, quelle solution t’apparait la meilleure?

 

Deviens une aspirante à plus de douceur! 
Inscris-toi à l’infolettre
Copyright 2017 Andréanne Larouche | Tous droit réservés.
Deviens une aspirante à plus de douceur! 
Inscris-toi à l’infolettre
Copyrights 2017 Andréanne Larouche | Tous droits réservés